LA SANTE PAR LE NEZ AVEC LE KAFA ou NETI-KRIA

(Kria : pur, rituel de purification chez les yogis de l'Himalaya)


NOTRE SYSTEME OLFACTIF...


Le nez

En plus d'être l'organe de l'odorat, le nez est la voie naturelle par laquelle l'air pénètre dans l'organisme au cours de la respiration.

... à l'intérieur, le nez est divisé en deux étroites cavités par une cloison s'étendant d'avant en arrière. Cette cloison, le septum, est faite d'os et de cartilage. Il est recouvert d'une membrane fne et délicate, la muqueuse, qui est en continuité avec la bordure des narines. Les narines, elles-mêmes sont revêtues de poils drus poussant vers le bas et qui protège l'entrée.

Les deux cavités séparées par le septum sont appelées les fosses nasales.
Elles sont très étroites, moins de 6 mm de large. Au sommet de ces fosses se trouvent de minces lames osseuses comportant de nombreux récepteurs issus du nerf olfactif.


Les méats

La cavité à l'arrière du nez est divisée en secteurs par trois replis osseux appelés les cornets nasaux. Le passage entre chaque cornet est un méat ; il est recouvert d'une muqueuse richement irriguée, et c'est elle qui humidifie et réchauffe l'air inhalé.
Les sinus (espace à l'avant du crâne) sont connectés à l'intérieur du nez.
Ils sont situés derrière les sourcils et les joues, dans le triangle entre les yeux et le nez. Les sinus aideront à amortir l'impact de coups éventuels sur le visage.
Deux autres conduits s'ouvrent dans les méats. Les canaux lacrymaux qui drainent les larmes depuis les yeux (c'est pourquoi nous devons nous moucher lorsque nous pleurons), et le conduit auditif, qui s'ouvre à l'arrière du nez près de la jonction avec la gorge.


L'odorat

Le sens de l'odorat est probablement le plus ancien et le moins compris de nos cinq sens. Lors de l'évolution il a conservé ses connexions avec les parties du cerveau. Les récepteurs sensoriels de l'odorat se trouvent sous le toit de la cavité nasale, juste en dessous des lobes frontaux du cerveau. On l'appelle la zone olfactive, et des millions de petites cellules, les cellules olfactives y sont entassées. Chaque cellule a une douzaine de poils fins (cils) qui saillent dans une couche de mucus. Le mucus garde les cils humides et fonctionne comme un piège pour les substances odorantes, alors que les cils élargissent efficacement la zone de chaque cellule olfactive, augmentant ainsi notre sensibilité aux odeurs...
Les fibres nerveuses olfactives canalisent les signaux à travers l'os crânien vers les deux bulbes olfactifs dans le cerveau, où l'information est collectée, interprétée puis passe à travers un circuit compliqué de terminaisons nerveuses jusqu'au cortex cérébral. Là le message est identifié et l'odeur devient un fait conscient.


Odeurs, émotions et mémoire

La partie du cerveau qui analyse les messages provenant des cellules réceptrices du nez est étroitement liée au système limbique, cette partie du cerveau qui traite les émotions, des humeurs et de la mémoire. On l'appelle le «cerveau primitif», quelquefois même le «cerveau olfactif». La relation explique pourquoi les odeurs sont empreintes d'une forte signification émotionnelle.
Certaines odeurs font revenir à la surface des occasions spéciales oubliées depuis longtemps. Nous avons tendance à nous souvenir de ces choses qui ont une signification émotionnelle puisque les zones du cerveau qui interprètent la mémoire et qui sont aussi très liées au système limbique, lui-même en relation avec ces centres de l'odorat dans le cerveau.


SANTE PAR LE NEZ: LA DOUCHE NASALE AVEC LE KAFA


Un geste traditionnel d'hygiène et de santé qui commence à être enseigné en Occident...(curistes, oto-rhino laryngologue, médedins, etc...)


Ses origines profondes

La douche nasale représente une action de purification du corps par le nettoyage interne préconisé par la Hata Yoga. C'est en Inde que sa pratique a été élaborée avec la précision qu'il convient. Elle y est enseignée depuis 4000 ans. D'usage quotidien pour les yogis, le lavage du nez et des sinus à l'aide du Lota (kafa) fait partie intégrante de l'hygiène indispensable. Selon leur tradition, ce lavage régulier serait une aide efficace à la prévention contre les diverses affections respiratoires, renforçant les muqueuses grâce aux oligo-éléments du sel et les débarassant des humeurs indésirables. Lors de son séjour en Orient, le professeur Alfonso Caycedo s'intéresse à l'effet psychosomatique du Neti-Kria et l'applique à la médecine dès 1967. Durant 7 ans, le docteur Campmajo expérimente le Kafa Cleaning (Neti Kria) sans rencontrer de contre-indication et communique ses observations à deux congrès mondiaux de Sophrologie Médicale en 1970 et en 1975, concluant l'une de ses communications, il souligne les points suivants :


« L'intérêt pour le Kafa Cleaning se fonde sur :
- la rénovation du critère thérapeutique oublié des lavages nasaux en O.R.L. Et la démonstration pratique de son innocuité.
- son application dans de nombreuses affections rhino-pharyngées.

Nous avons reçu une leçon de la culture orientale millénaire qui nous a surpris par sa simplicité et ses effets, d'une certaines façon, non attendus et non dépassés par l'arsenal thérapeutique occidental ».


Extraits


Doteur André Chéné « sophrologie Fondements et Méthologies ».

« signification symbolique : pour les yogis, cet exercice est un véritable rituel de purification. Il permet une meilleure circulation vers le cerveau. En effet au sommet des fosses nasales, la lame criblée de l'ethmoïde en rapport avec le bulbe olfactif, le trijumeau constitue une sorte de filtre vers le cerveau. Le Neti Kria représente déjà une certaine maîtrise de la respiration, l'apprentissage d'une dynamique du souffle. Durant la vie foetale la respiration nasale aspire du liquide amniotique, le Neti Kria représente une descente archaïque dans ce monde d'avant notre naissance, d'avant le déploiement des poumons lors du premier cri ».


Docteur Abrezol « Vaincre avec la sophrologie »

«....le Neti Kria (Jala Neti pour les yogis) devrait se pratiquer chaque matin comme le brossage des dents. Sa pratique élimine les mucosités se trouvant dans le nez et les sinus. Cette méthode qui nous vient de l'Inde ancestrale, est certainement le meilleur moyen pour prévenir les rhumes et les sinusites. D'autre part, l'eau circulant par les canaux du nez, crée un important réflexe central, qui stimule les nerfs optiques et acoustiques. De même il améliore la vue et l'ouïe, il augmente considérablement le pouvoir de concentration. En sophrologie, avant de pratiquer la relaxation dynamique, nous avons coutume de recourir à son usage ».

Vous savez tout maintenant sur le KAFA ! Une pratique merveilleuse dont vous ne pourrez plus vous passer.

BONNE PRATIQUE